Etre (trop) différente

En ce moment où nous vivons un événement difficile et brutal chacun réagit de manière très différente au sein de ma famille. Sauf que j’ai l’impression d’être la seule à réagir comme je le fais et que je me sens de plus en plus différente et isolée………….

Mon mari a des réactions violentes, parfois étranges, venant de sa peur intense de l’opération, des gestes médicaux mais aussi de l’après, des suites, du retour ou pas d’une vie sexuelle normale. Je fais comme je peux pour l’aider mais je découvre dans ce moment difficile qu’il est encore moins fusionnel que je le pensais, encore plus solitaire que je le pensais et il est de moins en moins démonstratif lui qui l’était déjà peu. Je découvre du même coup ses profondes blessures d’enfance et toute la merde que sa famille lui a mis dans la tête. Bien sûr j’essaye de lui montrer une autre façon de voir, une autre façon de percevoir les choses et il n’accepte pas dans un premier temps, se met très en colère et puis je sais qu’il réfléchit et modifie petit à petit sa conception des choses. Mais ces disputes me laissent vidée parce qu’il peut-être cruel en paroles dans les disputes dans ces moments là et souvent ses attaques concernent ma surdouance, ma façon de penser, de réagir qu’il prend pour une forme de persuasion, une pression sur ce qu’il est alors que je ne fais que lui montrer une autre voix et de partager un autre point de vue. Dans les jours qui suivent ces disputes je me sens nulle, différente, seule, si seule parce que souvent je ne comprends pas ce que j’ai dit ou fait qui a engendré ces réactions si virulentes……….

Notre fille elle réagit de manière approchante celle de son père. Elle alterne entre déprime profonde qui la fait pleurer durant des jours et effondrement total qui la laisse mutique, dans son coin, elle devient une ado elle la jeune femme qui n’a jamais fait de crise d’adolescence ! Mais surtout elle s’énerve après tout et tout le monde et bien sûr après moi aussi ! A J-5 de l’opération elle est morte de trouille ce que je partage et que bien sûr mon mari partage encore plus. Mais je n’ai pas l’impression de leur faire payer ma peur panique de cette semaine d’opération ! Nous nous disputons rarement toutes les deux, nous discutons, nous sommes une mère et une fille fusionnelles pourtant hier j’ai craqué devant ses réactions. Et là encore j’ai pris cher. Comment est-ce que j’arrive à faire dire aux gens des choses si blessantes ? Comment puis-je arriver à pousser les gens à de telles extrêmes ? Ou alors ce n’est pas moi qui provoque ça mais ce sont des reproches, des choses blessantes que se disent les normo-pensants entre eux ? Je sais que je ne suis pas tendre non plus dans les disputes, je pointe souvent du doigt ce qui ne va pas chez eux, leur incohérence et je déclenche ces avalanches de reproches. Je ne sais plus………..

Ce que je sais c’est que je me sens tellement différente des autres, tellement seule que parfois je me dis que tout le monde serait plus heureux, plus apaisé si je n’étais pas là, si je partais. Suis-je faite pour vivre seule parce que je suis surdouée et différente ? Mais je ne conçois la vie que dans le partage et la fusion. J’ai souvent envie en ce moment de partir, de voir comment ils réagiraient si je n’étais plus là ! Mais voilà, ma peur, mes attaques de panique m’empêchent de partir seule et puis mon empathie qui me fait me mettre à leur place m’en empêche également. Ils seraient sans doute morts d’inquiétude, ils se culpabiliseraient. Je n’ai jamais fugué ni même désobéi à l’adolescence alors je ne me vois pas le faire à l’âge adulte. Mais franchement je vois bien que ma différence dérange tout le monde, que mon besoin de fusion, de compréhension, mon besoin de comprendre, de savoir pourquoi chaque membre de ma famille réagit comme ci ou comme ça devient intolérable. Je suis sans doute un peu tyrannique aussi même si je pense que mon empathie immense et mon sens de l’écoute remplace tout. J’ai sans doute tort.

Je n’en peux plus d’être si différente des autres, d’essayer sans cesse de m’adapter à ce que sont les autres, à devoir modifier sans cesse mon comportement parce qu’il est mal compris ou que je blesse sans le vouloir. Et surtout je n’en peux plus de mon hypersensibilité qui me fait prendre chaque mot de chaque dispute comme « le mot de trop », la blessure de trop.

Comment se passeront les choses quand l’opération sera passée et que mon mari rentrera ? Comment se passera le rétablissement surtout si les fonctions urinaires ou sexuelles sont touchées et qu’il réagit aussi violemment ? Jusqu’à quand je vais tenir moi, jusqu’à quand je vais essayer d’être patiente ? Attention ma famille, mari ou fille, ne sont pas des monstres, des êtres méchants ou même pervers, non ils sont très très différents de moi et j’accepte de plus en plus mal cette différence d’autant que ma fille ressemble de plus en plus à son père et je me sens de plus en plus isolée.

Je n’en peux plus d’être si différente, je me sens si seule………..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s