Petit retour

Un ami bloggeur auteur du blog https://surdoue-ou-pas-surdoue.com me demandait hier si j’écrivais encore. J’écris oui mais pour moi, j’écris pour vider mon coeur et surtout mon cerveau de tout ce qu’il se passe aujourd’hui dans ma vie. Peut-être en ferais-je quelque chose un jour, je l’espère. Et puis j’oublie un peu le blog parce que peu de lecteurs mais aussi par peur du jugement que les gens devant leurs écrans pourraient porter sur ma vie et sur tout ce qui se passe en ce moment pour moi. Alors pourquoi tenir un blog me direz-vous ? Pour parler et échanger, moi qui suis assez isolée, mais ce n’est pas vraiment le cas ici, ce que je trouve dommage………

Après l’opération du cancer de mon mari et son retour à la maison il a fallu faire face aux séquelles urinaires et sexuelles qui étaient annoncées mais je retrouvais un mari comme je l’avais toujours connu, bien loin de celui qu’il a été durant un an lorsque j’ouvrais ce blog et me plaignais beaucoup de son comportement. Il s’avéra très vite, quelques semaines après son retour, que ce que j’avais pris pour de la dépression était beaucoup plus grave et profond que cela. Laissant trainer beaucoup (trop) de preuves j’ai découvert tout ce qu’il m’avait caché durant un an et surtout toutes les énormes bêtises qu’il a fait durant cette période. Ce furent des jours et des jours de combats pour lui faire avouer, quelque chose qu’il n’arrive pas à faire de lui-même (alors il laisse des traces), des jours et des jours pour encaisser, pour parler, pour comprendre. Il est évident que si je n’avais pas été HP ou surdouée je n’aurai pas autant cherché ni à découvrir ni à comprendre l’homme qu’il avait été durant cette période et que je serai simplement partie. Oui mais voilà il faut pour moi que tout est un sens et en voyant mon mari souffrir à ce point de tout ce qu’il avait fait l’année écoulée, en le voyant s’écrouler, crever de honte, de dégoût de lui même, s’effondrer et m’avouer tout un pan de sa vie que j’ignorais je n’ai pu faire autrement que de chercher à comprendre, à faire preuve d’empathie et à finir par pardonner. Je n’en suis pas à accepter mais à pardonner sans doute ai-je déjà réussi.

Il y a un an et demi il a fait deux rêves prémonitoires où il se voyait atteint d’un cancer mais surtout où il se voyait mourir d’où son début de thérapie. Et là toute son enfance souvent liée à la mort lui a pété à la tête, tout ce qu’il avait consciencieusement enfoui est remonté violemment. Ce fut un deuxième choc pour lui. Il m’en a parlé à ce moment là mais je ne savais pas la profondeur de son mal-être qu’il me cachait d’une part parce qu’on lui a appris à fonctionner comme cela, on ne montre pas son mal-être, ses émotions, ses peurs, ses ressentis mais aussi pour me protéger, lui le chevalier avec une épaisse armure qu’il a toujours été. Alors en bon stéréotype d’homme d’une autre époque (j’ose l’espérer) il a continué à s’enfoncer petit à petit de plus en plus profondément et il a fini par être rattrapé par ses vieux démons d’enfance. Il m’a menti, trahie, il s’est inventé un scénario pour échapper à sa peur et il a plongé la tête la première dedans en jouant un rôle à l’extérieur. Et puis le cycle infernal étant lancé il ne pouvait plus s’arrêter et à l’annonce du cancer les choses se sont amplifiées d’autant que j’étais du côté des « ennemis », du côté des médecins qui voulaient le mutiler, lui enlever ce qui faisait de lui un homme et ma positivité l’insupportait à ce moment là. Il continuait son travail en thérapie et se rendait de plus en plus compte de ce que je représentais pour lui : tout, son âme soeur, l’amour de sa vie mais il savait dans le même temps qu’il me faisait déjà souffrir sans que je sache exactement ce qu’il faisait dans mon dos. Jusqu’à quelques jours de l’opération il s’est remémoré toutes mes paroles sur l’acte en lui même, sur l’après, sur la chance qu’il avait de pouvoir être sauvé de ce cancer etc…….. Et il a fini par accepter tout ceci grâce à moi dit-il, sans moi il se serait sans doute enfui.

Nous avons vu la psy en urgence quand j’ai découvert tout ce qu’il avait fait l’année dernière et que j’étais dans un état plus que lamentable car cela faisait vraiment trop à supporter avec tout ce qui venait de se passer durant un an. La question que je me posais était la suivante : je connais bien mon mari, mieux que n’importe qui au monde, mais je sais aussi que les surdoués sont la proie idéale des manipulateurs ; mon mari m’ayant menti, trahie, suis-je une débile profonde qui pardonne par peur de l’abandon ou par un trouble de l’attachement ou suis-je assez intelligente et empathique pour simplement comprendre son immense souffrance qui l’a poussé à plonger dans ce cirque infernal ? La réponse de la psy fut la suivante : « vous n’êtes pas débile, il n’est pas un manipulateur, il n’est pas un menteur pathologique non plus, il souffre d’une vraie pathologie qui s’est formée dans la souffrance de son enfance et qui le force à inventer des choses pour se protéger, vous êtes intelligente, très intelligente et vous comprenez simplement ce qui l’a amené à ce stade là, en outre je n’ai jamais vu un amour comme celui que vous avez l’un pour l’autre, ou très rarement, et vous avez toujours été là l’un pour l’autre, vous surmonterez cette épreuve comme vous avez toujours tout surmonté ! »

Depuis nous parlons beaucoup, je découvre tout un pan de la construction bancale de mon mari que je ne connaissais pas, je vois l’enfant en souffrance en lui comme il a toujours vu l’enfant en souffrance en moi. Il me fait part de tout ce qu’il veut changer dans sa vie, il est investi dans sa thérapie comme il n’a été investi dans rien d’autre à part son métier, il est décidé à changer ce qui cloche et me demande de l’aider. Je dois reconnaître que lui a toujours été là pour moi avec mes angoisses, mes attaques de panique, mes problèmes, la découverte de ma surdouance qui dans cette année de m… lui a filé un vrai coup aussi et qu’il ne m’a jamais lâché la main en 27 ans. Alors oui, je vais continuer à faire évoluer mon couple et tant pis pour ceux qui pense que je suis une crétine, ce sont les mêmes qui ne connaissent absolument pas quel homme merveilleux est mon mari, ceux qui le savent comprennent………….

Voilà aussi pourquoi je n’écris plus, difficile d’avouer tout ceci sans être jugés que ce soit lui ou moi, difficile de raconter tout cela et encore je ne raconte pas toutes les bêtises qu’il a faite cette année mais j’aime cet homme depuis 27 ans comme lui m’aime et si être surdouée c’est avoir la capacité de comprendre les autres alors tant mieux. Il ne faut juste pas que je m’oublie et que je prenne soin de moi parce que là je suis épuisée moralement et physiquement et bien seule, je n’ai qu’un vrai ami et notre fille bien sûr.